RH

Change management, Management, RH

Télétravail : trouver le juste équilibre


Pas de commentaire

By Noémie MOREL, EXECUTION PARTNER chez EXECUTION CONSULTING

Télétravail : que dit la loi ?

Selon le code du travail [1], le télétravail désigne un mode d’organisation dans lequel le salarié accomplit son travail hors des locaux de son employeur de façon régulière et volontaire, en utilisant les technologies de l’information et de la communication pour des fonctions qui auraient pu être exercées dans ces même locaux.

Télétravail pendant la crise sanitaire

Si de nombreux employés, n’ayant jamais eu recours au télétravail, avaient une vision positive voir idéalisée de ce mode d’organisation, un sondage réalisé par QAPA a montré que plus de 48 % des Français avouent avoir finalement beaucoup de difficultés pour s’organiser et être efficaces.

Plusieurs explications à cela, tout d’abord les salariés n’ont pas eu le choix, ils ont été forcés de travailler de chez eux mais surtout ils ont été pris de cours. En effet, salariés et employeurs n’étaient absolument pas préparés à ne pas retourner travailler au bureau du jour au lendemain. A cela s’ajoute les effets négatifs du confinement sur le bien-être des salariés (isolement, anxiété, etc.), et pour une partie d’entre eux, le devoir de garder et de s’occuper de leurs enfants à la maison tout en télétravaillant.

Impacts du télétravail sur les salariés

Nombreux sont les avantages du télétravail tant pour les salariés que pour les employeurs : réduction des coûts, gain de productivité, gestion du temps, etc. et pour autant, nombreux sont également les challenges.

En règle générale, on observe que le télétravail présente des bénéfices réels lorsqu’il est pratiqué un ou deux jours par semaine, au-delà, des effets négatifs peuvent intervenir.

Tout d’abord, les conditions de travail peuvent être inadaptées au domicile : difficulté de concilier la charge de travail et les limites entre vie professionnelle et vie privée ou encore une augmentation du stress lié à des objectifs surévalués ou des contrôles excessifs de la part du management.

La communication est rendue plus difficile, le salarié peut être réticent à contacter son manager de peur de le déranger, cela peut également entraîner une distension des liens sociaux avec les collaborateurs de l’entreprise. Un sentiment d’isolement tant social que professionnel nuit au bien-être du salarié.

Ensuite, le télétravail demande un certain sens de l’organisation et de la rigueur. De nombreux collaborateurs peuvent rencontrer des difficultés à se déconnecter lorsqu’ils travaillent de chez eux. Les salariés ont tendance à compenser le temps de trajet gagné en temps de travail additionnel et donc à allonger leur journée de travail. Il y a alors un risque que leur vie professionnelle empiète sur leur vie privée. Cet empiètement peut favoriser l’épuisement professionnel et mener au burn-out s’ils n’arrivent pas à se fixer des limites.

Enfin, le travail sur écran de manière intensive et sur un poste qui n’est pas nécessairement adapté peut avoir des conséquences néfastes sur le corps. Nous n’avons pas forcément à domicile une chaise avec dossier ergonomique, un clavier, un ordinateur fixe, etc. Les douleurs et courbatures peuvent vite apparaitre ainsi qu’une fatigue visuelle et des troubles musculosquelettiques.

Les bonnes pratiques du télétravail

Tout d’abord, nous devons s’aménager un espace dédié au télétravail. Afin de ne pas être dérangé et bien distinguer le monde professionnel de la sphère privée et familiale, il est primordial d’avoir son espace de travail. Les recommandations qui s’appliquent au bureau s’appliquent également à domicile : posture correcte, distance entre les yeux et l’écran, luminosité etc.

Ensuite il faut s’aménager des plages horaires de travail. Là est peut-être le point le plus compliqué, car trouver un rythme de travail à domicile n’est pas chose simple. Tous les cas sont possibles, il y a ceux qui n’arrivent pas à se déconnecter ou, à l’inverse, ceux qui se distraient vite. La recommandation est de se fixer un cadre et de s’y tenir. L’idéal est de pratiquer les mêmes horaires que ceux appliqués habituellement en entreprise. Les temps de pause doivent également être maintenus. Il est vivement recommandé de prendre une vraie pause déjeuner loin de son ordinateur et de ses mails. Cela permettra de changer de posture et un repos visuel nécessaire.

En outre, il faut savoir garder le contact même à distance. Nous devons continuer d’échanger avec ses collègues et ses managers via des réunions téléphoniques ou des vidéo conférences pour garder le lien et éviter l’isolement qui pourrait mener au mal-être du salarié.

Enfin, nous devons planifier au maximum nos journées pour éviter le débordement de la plage horaire. Pour cela, nous pouvons dresser une liste des priorités et évaluer le temps nécessaire à chaque tâche. Encore une fois, il ne faut pas hésiter à communiquer avec ses supérieurs pour donner une visibilité de sa journée de travail et ainsi éviter la surcharge. Les employeurs doivent de leur côté, adapter les objectifs de leurs salariés en fonction de ces conditions particulières de travail.

En résumé, ce qu’il faut retenir dans cette situation exceptionnelle, est que les entreprises doivent prendre en compte toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la protection de la santé de ses salariés. Ils doivent s’assurer que les employés respectent les durées maximales de travail, les temps de pause, le droit à la déconnexion, ainsi que la charge de travail. Ils doivent être en mesure de communiquer régulièrement sur l’évolution de la situation et les éventuels impacts liés à cette crise sans précédent.

Avec un peu de recul, ce sera l’occasion pour les entreprises de reconsidérer le travail et le lien avec les salariés afin de faire évoluer adroitement certains processus et méthodes de management pour repartir du bon pied. Pour le moment, selon un sondage du CSA, 60% de Français souhaiteraient poursuivre le télétravail en cette période de post confinement, mais un tiers estiment que leur santé s’est détériorée tant d’un point de vue psychologique que physique. Une même proportion de ces télétravailleurs déplorent une augmentation de leur charge mentale dû à des conflits liés à la sphère privée ainsi qu’une dégradation de leur alimentation.

Nous avons fait du télétravail imposé, dorénavant, nous pouvons apprendre de nos erreurs, capitaliser sur les points positifs et trouver le juste équilibre pour gagner non seulement en efficacité, mais aussi en satisfaction, tout en conciliant la sphère professionnelle et privée.

Et vous, comment l’avez-vous vécu ? Quel est votre avis sur le télétravail ?


[1] Articles L.1222-9, L.1222-10 et L.1222-11 du Code du travail.

Partenariats, RH

Notre équipe grandit…


Pas de commentaire

Rencontrez Frédéric Khouvilay, notre Directeur Développement Partenariats, qui vient de rejoindre l’équipe EXECUTION CONSULTING !

Il sera votre contact privilégié pour toute question concernant nos offres et nos EXECUTION PARTNERS.

Millennial au parcours atypique, j’ai travaillé 9 ans dans l’Hôtellerie et la Restauration à travers tous types de postes allant de Commis de salle à Maître d’Hôtel. Diplômé d’un BTS et d’une Licence en Management des entreprises de l’Hôtellerie et de la Restauration, cet environnement, plus que dynamique, m’a offert mes premières expériences professionnelles et m’a également permis de développer mes capacités en management d’équipe.

Ayant découvert un grand intérêt pour la gestion de personnes et les relations humaines, c’est tout naturellement que je me suis dirigé vers un Master en Management RH, un univers enrichissant dans lequel j’ai pu affiner mes compétences fonctionnelles. Ce Master m’a ouvert les portes du Monde du Conseil, tout d’abord en tant que consultant en gestion de projets sur des enjeux de conduite du changement et de formation puis sur des projets liés au digital.

Après 2 années à aider mes clients dans leurs projets, j’ai eu l’opportunité de découvrir un autre aspect du conseil : le développement des affaires. Milieu très dynamique qui me permet aujourd’hui d’exprimer largement mes compétences relationnelles et ma vision du monde des affaires.

Tout cela m’a permis d’avoir des expériences diverses et variées en France, en Angleterre et au Canada à travers de petites structures ainsi que de grands groupes internationaux. Je suis aujourd’hui ravi de rejoindre l’équipe d’Execution Consulting et de mettre à disposition mon expérience pour l’aider à grandir !

A très bientôt,

Frédéric Khouvilay

#digital, Communication, Marketing, Marque employeur, Réseaux Sociaux, RH

Votre marque employeur : un levier pour votre communication digitale


Pas de commentaire

By Clément GUILLEMOT, EXECUTION PARTNER chez EXECUTION CONSULTING

Internet prend une place de plus en plus importante dans le quotidien des gens, que ce soit pour les jeunes ou anciennes générations. 89% des français vont sur Internet, dont 100% des 18-24 ans, mais aussi 60% de plus de 70 ans. Une partie de ce temps sur Internet est passé sur les réseaux sociaux. 59% des Internautes de France les utilisent, avec une moyenne de temps passé d’environ 1h30 par jour, principalement sur YouTube, Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat et LinkedIn.

Les marques le savent très bien et utilisent ces médias afin de toucher leur clientèle – moyen de toucher largement, contact direct avec les « fans », peu cher, retour instantané, etc. Avec la multitude de réseaux sociaux, et par conséquent, de marques présentes, il faut savoir se distinguer pour toucher le public de la bonne manière et éviter les « bad buzz » – de nouveaux arrivent chaque année, même aux plus grandes marques.

Pour se démarquer des communications « classiques » sur les réseaux sociaux, certaines marques peuvent compter sur leurs employés ! Il est admis que le « bouche-à-oreille » est la meilleure méthode pour se faire connaître et avoir une bonne image. On a tous déjà consulté la note d’un restaurant sur Google avant d’effectuer une réservation ou bien s’être ravisé d’acheter un produit à la suite d’une mauvaise appréciation en ligne. Un contenu partagé par des personnes, et non par des entreprises, aura plus d’impact sur notre appréciation – et a aussi pour avantage de passer au-dessus des bloqueurs de pub.

Pour guider ce que disent leurs employés sur Internet au sujet de leur entreprise, certaines marques utilisent ce qu’on appelle l’« Employee Advocacy » . Il s’agit de programmes de sensibilisation des employés dans la communication externe des entreprises, principalement sur Internet. En effet, si on arrive à faire « liker » ses employés les publications de l’entreprise, celles-ci, grâce au référencement naturel, seront mieux mises en valeur sur les plateformes sociales et auront ainsi une meilleure visibilité.

Ces programmes peuvent se reposer sur une plateforme d’Employee Advocacy, ou employés ambassadeurs pour user d’un terme français, qui est un logiciel qui permet « d’organiser, de gérer et contrôler le déploiement d’un programme employés ambassadeurs au sein d’une organisation ».

De nombreuses plateformes d’Employee Advocacy existent déjà, et fonctionnent toutes sur le même principe de base. Un administrateur mentionne sur la plateforme qu’une publication a été mise en ligne sur un réseau social, avec la marche à suivre des contributeurs pour « booster » ladite publication. Les plateformes peuvent aussi s’adapter au besoin de l’entreprise, en créant des KPIs spécifiques ou en créant différents statuts de contributeurs.

Il faut cependant éviter un écueil : rendre ses employés « contraints » par ses programmes. Le message doit rester sincère et naturel pour qu’il fonctionne. Pour cela, il faut que l’employé se sente en accord avec son entreprise, qu’il s’y sente bien et qu’il soit « fier » de partager ses contenus.

L’Employee Advocacy est une très bonne méthode, si bien utilisée, pour augmenter la visibilité de votre marque sur les réseaux. Avant toutes choses, il faut cependant trouver les bons leviers pour engager ses employés. La marque employeur est un levier qui prend de l’importance non seulement pour recruter et garder les talents, mais aussi pour votre communication extérieure. Ne négligez pas votre marque employeur !

Et vous, quels sont vos moyens d’engager vos collaborateurs dans votre entreprise ?